Les APNM Gendarmerie frappées de délire !

Délire:  trouble psychique qui se traduit par une confusion des idées, une perception erronée de la réalité.

GendXXI

Alors que nous diffusions il y a 72 heures un article intitulé « L’effondrement du modèle Gendarmerie », l’APNM GendXXI a quant à elle diffusé avant-hier une publication Facebook où une nouvelle fois, elle met en rivalité la Gendarmerie et la Police, n’hésitant pas à rabaisser cette dernière.

GendXXI est une amoureuse aveugle de la Gendarmerie, perdant ainsi toute raison sur le service rendu à la population et le bien-être des personnels. Faut-il leur rappeler que la force publique est instituée pour l’avantage de tous, et non pour l’utilité particulière de ceux auxquels elle est confiée (article 12 de la Déclaration des droits de l’homme et du citoyen).

Selon cette APNM, contrairement à la Police, l’organisation actuelle de la Gendarmerie permet entre autre « une capacité à assurer une présence permanente, visible et rassurante » et « une capacité à monter en puissance de manière autonome pour gérer efficacement une situation particulière, soudaine ou prévisible ». De nombreux citoyens seront ulcérés de lire ceci. Notamment ceux attendant 40 minutes une patrouille Gendarmerie quand ils font le 17 !

S’en suit une tirade où la Gendarmerie est la meilleure du monde, où « dans plusieurs départements, la gendarmerie devra naturellement devenir le seul acteur de la sécurité nationale » et « l’organisation moderne de la gendarmerie lui permet de suivre et d’anticiper l’avenir en se basant pourtant sur un très vieil adage : un chef, une mission, des moyens. ». Il y a là clairement une vision erronée de la réalité.

La conclusion n’en est pas moins énorme: « Et si le vrai courage politique consistait à tester le modèle gendarmerie ? Et si le vrai courage politique consistait à confier une grande métropole aux gendarmes ? ».

Le modèle Gendarmerie est pourtant en train de s’écrouler, et celui-ci, faut-il le rappeler à cette APNM dont l’objet social est « la préservation et la promotion des intérêts des militaires en ce qui concerne la condition militaire », s’appuie exclusivement sur l’exploitation de ses personnels.

En effet, c’est la sainte disponibilité découlant du statut militaire qui permet à la gendarmerie d’assurer un service avec un faible effectif.

Lorsqu’un modèle n’est plus adapté à un contexte social, le courage consiste à le dire et à le modifier.

Il faut cesser cette guerre Police / Gendarmerie. Les gendarmes s’engagent pour leur pays et pour les citoyens, pas pour que la Gendarmerie brille de milles feux et écrase la Police (#répondreprésent).

Il faut cesser d’opposer ces deux institutions et réfléchir sur des solutions améliorant le service rendu à la population, le tout sans occulter le bien être des personnels. Celui-ci passe par des moyens, de la considération et le respect de leurs droits.

Association Gendarmes et Citoyens

Si vous lisez cet article, sachez que l’APNM AG&C vous considère comme un énervé du bulbe !

En effet, dans un article paru dans le magazine en ligne n°122 « Le Mag’ des actives », cette APNM fait apparaître Eunomie comme antimilitaristes et insulte ses lecteurs, les qualifiant « d’énervés du bulbe » et dépeigne notre association comme « translucide et anonyme, comptant trois ou quatre commentateurs de bistrot, qui a choisi volontairement de vomir sur les institutions de l’état ». Il y a donc là une grave perception erronée de la réalité !

Bien entendu AG&C a refusé de publier notre droit de réponse.

Conclusion

Il semble que ces APNM, en osmose avec la DGGN, privilégient l’apparence de l’Institution plutôt que l’ouverture des yeux sur une réalité dure. Que craignent-ils donc?

Il est temps que des groupements professionnels lucides et indépendants, sous forme associatives ou syndicales, prennent place en Gendarmerie, pour dénoncer les dérives, rappeler la réalité, et proposer des solutions adaptées.