Gouvernement et DGGN en faute?

Le 29 avril 2020, la mission de suivi de la commission des lois du Sénat s’est inquiétée que policiers et gendarmes n’aient pas été dotés des matériels de protection nécessaires pour assumer leurs fonctions de surveillance du respect des règles de confinement en toute sécurité, pour eux-mêmes, leurs familles et la population. Le rapport ici.

Il importe selon elle que les forces de sécurité soient massivement dotées de masques, de visières et de gels hydroalcooliques et voient leur accès aux tests de dépistage assuré de manière appropriée.

C’est un constat terrible que pose ainsi  la chambre haute du Parlement français: les gendarmes n’ont pas été dotés.

Rétrospective actualités / décisions gendarmerie

Afin de se faire un avis sur la gestion de la crise, nous vous avons réalisé un déroulé:

– 23 janvier: confinement de Wuhan (CHINE).
– 24 janvier: trois premiers cas officiellement recensés en FRANCE.

– 23 février: le ministre de la santé déclenche le plan Orsan REB stade 1.
– 29 février: le stade 2 est déclenché, 100 personnes sont atteintes par le COVID19 et deux en sont mortes.

– Début mars: le nombre de personnes diagnostiquées COVID+ ayant participé au rassemblement évangélique de Mulhouse croît de façon importante. Ce rassemblement a eu lieu du 17 au 21 février 2020 et a réuni de 2 000 à 2 500 personnes de toute la FRANCE. Leur traçabilité est impossible.
– 5 mars: le rythme des décès commence à s’accélérer, 7 personnes sont décédées. L’ensemble des régions métropolitaines françaises sont touchées.
– 10 mars: toute l’Italie est placée en confinement. La barre des 10 000 cas est dépassée avec 10 149 personnes infectées, dont 631 morts.
– 10 mars: le DGGN, plutôt que de préparer la crise à venir, reçoit l’APNM GendXXI sur la thématique du temps d’activité des gendarmes alors que l’annonce d’une allocution du Président de la République a déjà eu lieu.
– 12 mars: Emmanuel MACRON s’adresse au Français: → Depuis quelques semaines, notre pays fait face à la propagation d’un virus, le Covid-19. → Dès lundi et jusqu’à nouvel ordre, les crèches, les écoles, les collèges, les lycées et les universités seront fermés. → j’invite tous les Français à limiter leurs déplacements au strict nécessaire.
– 14 mars: Edouard PHILIPPE, Premier Ministre, fait un discours: → la meilleure façon de freiner la progression de l’épidémie, c’est ce qu’ils appellent « la distanciation sociale ». → fermeture à compter de ce soir minuit de tous les lieux recevant du public non indispensables à la vie du pays. → nous devons impérativement limiter les déplacements, les réunions, les contacts. Cela s’applique dans les entreprises et les administrations.
– 15 mars: premier tour des élections municipales.
– 15 mars: la direction générale de la gendarmerie nationale demande en urgence aux unités élémentaires de recenser les logements disponibles en unité pour affecter les élèves gendarmes. Premier signe d’une grande anticipation..
– 16 mars: Emmanuel MACRON s’adresse au Français: → J’ai décidé de renforcer encore les mesures pour réduire nos déplacements et nos contacts au strict nécessaire. Dès demain midi et pour 15 jours au moins, nos déplacements seront très fortement réduits.
– 16 mars: consignes gendarmerie: le port du masque en service courant est exclue.
– 17 mars: enfin des consignes gendarmerie concernant les personnels à risque → Message NMR/16686/GEND/CPGC/CELLULEDECRISE DU 17 MARS 2020
– 20 mars: la direction générale de la gendarmerie nationale confirme que le port du masque n’a pas de vocation à être portée de manière préventive et ré-appuie le fait de vouloir laisser de la souplesse aux commandants d’unité dans la prise de décision.
– 22 mars: enfin des consignes gendarmerie quant aux recommandations pour l’accueil du public, l’organisation et l’exécution du service.
– 26 mars: Discours de monsieur NUNEZ concernant la protection des policiers et des gendarmes:  » nous avons en dotation des masques de protection qui sont mis à disposition des équipages. Et dans le cadre d’une doctrine qui est très simple, chaque fois qu’ils contrôlent des individus qui peuvent leur sembler symptomatiques, c’est à dire d’être porteurs du Covid-19, nous leur demandons de revêtir le masque. Mais uniquement à ce moment-là. C’est une doctrine qui s’appuie sur des considérations scientifiques. Et nous veillons, bien sûr, avec le ministre de l’Intérieur, à ce que les policiers et ces gendarmes disposent effectivement de ces masques. Nous veillons donc évidemment à les réapprovisionner et nous réfléchissons par ailleurs à des solutions innovantes de protection, qui peuvent être tout autres. ».
– 27 mars: la direction des soutiens et des finances de la gendarmerie annonce avoir commandé un modèle de masque lavable élaboré en lien avec la DGA.

– 01 avril: audioconférence du DGGN → Le port du masque, c’est pour les médecins ! → Reconnait qu’il voulait continuer les formations des élèves gendarmes en école mais qu’on ne l’a pas laisser faire.
– 02 avril: communiqué de presse de l’Académie nationale de médecine qui recommande pour la population le port du masque obligatoire pendant les sorties.
– 10 avril: la direction des soutiens et des finances de la gendarmerie annonce que 600 000 masques ont été distribués dans les régions la veille et que le flux est désormais alimenté. Nous sommes 41 jours après le passage en stade 2 du plan sanitaire.
– 22 avril: le DGGN est entendu devant la commission des
Lois de l’Assemblée nationale: → En tout, 471 gendarmes ont été testés positifs au coronavirus et l’un d’eux est décédé. « Au plus
fort, on a eu 2,3 % de gendarmes confinés, c’était tout début avril » → « Quand les gendarmes se sentent menacés, ils mettent le masque. En revanche, ce que je leur ai dit dès le début, c’est qu’un masque porté de manière préventive ne sert à rien. Voir deux gendarmes dans une voiture avec un masque, je trouve ça ridicule. Il faut vraiment travailler
sur les gestes barrières. » Chaque gendarme « consomme un peu moins d’un masque et demi par semaine ». L’institution en a déjà reçu 2,3 millions.
– 22 avril: Audioconférence du DGGN qui annonce que 1,7 millions de masques ont été livrés. Il vise à atteindre un stock de sécurité de 4 semaines sur la base de dix masques / gendarme / semaine. En gendarmerie, une semaine représente 4 millions de masques.

Rétrospective purement politique :

– 11 janvier: Agnès Buzyn envoie un message au président sur la situation. (Selon ses dires au journal Le Monde le 17 mars: « Le 11 janvier, j’ai envoyé un message au président sur la situation.»).
– 26 janvier: Agnès Buzyn, dans la presse, estime “totalement inutile” le port de masque pour les non-contaminés.
– 30 janvier: Agnès Buzyn prévient le Premier ministre : « Le 30 janvier, j’ai
averti Édouard Philippe que les élections ne pourraient sans doute pas se tenir. Je rongeais mon frein. » Une source au sein de l’exécutif « Elle disait que le phénomène était grave, qu’il pouvait être massif. Elle était inquiète de la vitesse de propagation du virus, et de sa mortalité. Elle lui a montré
la courbe de l’OMS en disant : “Vous imaginez, ce que ça donnerait en France ?” ».

– 3 mars: le ministre de la Santé déclare que « les masques sont utiles à tous ceux qui ont été en contact rapproché avec un malade, et notamment
aux professionnels de santé. Nous en avons déjà déstocké 15 millions et nous allons en commander plusieurs millions dans les prochains jours. »
Nous en déduisons donc qu’aucune commande n’a été passée auparavant. Nous sommes 40 jours après le confinement de Wuhan.
– 17 mars: Jérôme Salomon, directeur général de la santé, s’indigne publiquement de voir « énormément de masques dans la rue, des personnes qui n’ont aucune raison d’en porter et d’être exposés à des malades ». « Ces masques sont mal portés, mal utilisés, ils manquent aux soignants ». Il reconnait ainsi indirectement qu’il y a bien un manque de masques. A cette date, il y a en FRANCE 7730 cas confirmés et 175 décès.
– 20 mars: Sibeth Ndiaye, porte-parole du gouvernement affirme « Les masques ne sont pas nécessaires pour tout le monde, et vous savez quoi ? Moi je ne sais pas utiliser un masque, […] parce que l’utilisation d’un masque, ce sont des gestes techniques précis, sinon on se gratte le nez sous le masque et on a du virus sur les mains […] ça peut même être contre-productif. ».
– 28 mars: le gouvernement annonce passer commande de 1 milliard de masque. Cette communication du gouvernement à la presse laisse penser qu’aucune commande n’a été passée auparavant. Nous sommes 65 jours après le confinement de Wuhan.

Gourvernement et DGGN en faute?

Pour l’heure, nous vous laissons seul juge.

Cet article a 4 commentaires

Les commentaires sont fermés.